Une femme libre

Hélène Guinepied, ou la modernité d'une femme libre, en symbiose avec son époque.

 


Toute sa vie, Hélène Guinepied a cherché à conquérir son indépendance par le travail. Encore jeune dans une société d'après-guerre en pleine mutation qui offre aux femmes de nouvelles perspectives, elle comprend malgré tout qu'elle ne peut compter que sur elle-même si elle veut vivre sa vie d'artiste, sans contraintes. Séduite par l'idéal politique radical socialiste, sensible aux discours des féministes (elle sera proche de la journaliste et femme de lettre Fanny Clar), elle sera toute sa vie à l'écoute des populations rurales qu'elle connaît bien, en particulier des enfants. Hélène Guinepied ne pourra néanmoins échapper à une pesante solitude, en particulier à la fin de sa vie. 

Même si elle n'est pas parvenue à s'imposer durablement en tant qu'artiste (collectionneurs, marchands, semblent n’avoir jamais fait partie de ses fréquentations), elle a créa une entreprise artisanale qui lui permit de rémunérer aux moins dix personnes et s’efforça pendant des années de  vivre de son art : peintre, illustratrice, dessinatrice, brodeuse, couturière, créatrice de motifs et d’ornements (on dirait « designer »aujourd’hui), pédagogue et photographe à la fin de sa vie, combien de femmes artistes de sa génération ont-elles montré une telle variété de talents et de centres d’intérêt ? Elles ne sont pas nombreuses… Hélène Guinepied fut une artiste d'une grande modernité, qui se nourrissait de l'air du temps...

 

                                                   

Entre ce bois gravé d'Hélène Guinepied, vers 1925 et le vase Bacchantes créé par René Lalique en 1927, la ressemblance des formes et des mouvements est frappante.  

Contact

association.heleneguinepied Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

2018  Hélène Guinepied